À table.

Voilà le travail!

Après un mois de dépeuçage / dépouillage / farfouillage de code bien tumultueux dans WordPress et dans le thème Portfolio Press, le festin sort tout juste du four.

Je présente donc ici mes principaux travaux artistiques des dernières années, ceux à venir, et peut être aussi un peu de blabla par ci par la. J’ai fait intervenir le maximum d’aléatoire dans la mise en page tout en restant clair. Même si le plat est encore un peu chaud, j’espère que votre navigation en sera surprenante et agréable.

Je me sors les mains du cambouis de lignes de codes, et je mets tout ça à jours rapidement.

À vite.

@

Flaw [Self-Portrait] #001

Flaw [Self-Portrait] #001 | Dents sur panneau de plexiglas encadré, 72 x 83 cm, 2012, Paris.

Tableau issue d’une collection de dents de sagesses, s’amusant à entremêler les codes : numériques (L’image pixelisée), génétiques (Le défauts récurrent & archaïque de la dent de sagesse chez l’homme), artistiques (Le portrait, le cadre lourd) et symboliques (La dent de « sagesse », le visage, l’expression). Présenté en 2012 à l’Atelier CMH de Bordeaux, lors du Bazar Bizar de Guilux, et à effleurer en vidéo sur youtube ici.

Ce projet a vu le jour grâce à la participation d’Aneymone Wilhelm, Pierre Lapin (Photo du portrait original), mais aussi Alexandre Moyard, Hugo de Oliveira, Anne Dolorez Pineau, Daniel Varotto Couto, Edouard Sufrin, Véronique Lorne, Pierre Gris, Douglas Cavanna, Sebastien Pavageau et Vincent Pradel, ainsi que les généreux donneurs de dents.

 

 

@

Peintures [sans-titre]

Sans titre, Peinture à l'huile sur toile, 50x150cm, 2008, Paris.

Sans titre | Peinture à l’huile sur toile, 50x150cm, 2008, Paris.

Mon intervention dans le Collège Descartes de Tremblay en France, dans le cadre de [Méta] morphoses, m’a permis de remettre le nez dans des vieux travaux universitaires.

A cette époque j’ai tenté de donner à voir l’énergie en peinture, peintes avec des cartes bleus, des bombes, des mouchoirs, des vaporisateurs Cillit Bang, ou des planches de medium, j’essayais de détourner tout ces outils pour en dégager des émotions, farfouiller les possibilités des objets qui m’entouraient.

J’en ai profité pour réactiver les commentaires, comme ça vous pouvez dire des saloperies.