[Info] Réforme de la Formation pour les intermittents du spectacle.

Je fais un petit article sur la formation des intermittents, car suite à mon dernier rendez-vous à l’AFDAS, j’ai appris que beaucoup de choses changent depuis la réforme de la formation professionnel, bien évidemment on y perd en droit et en simplicité.

Je fais cet article ici pour ne pas me retrouver limiter par je ne sais quel réseau social et pour que cet article soit “trouvable” dans les moteurs de recherche.

Donc pour faire court la formation pour les intermittents du spectacle est maintenant divisé entre cinq interlocuteurs, au lieu de notre interlocuteur unique qu’était l’AFDAS. Dans les grandes lignes on se retrouve avec un système moins solidaire : Avant, l’exercice d’un métier pouvait ouvrir à des droits à la formation dans le respect de périodes de carences, ce qui rendait la formation de qualité accessible à tous et donc aux plus précaires d’entre nous, dorénavant chaque euros cotisé ouvre des droits à une somme à dépenser en formation, l’accès à la formation est directement liée au temps de travail et au salaire donc proportionnel au niveau de vie. C’est une position ridicule lorsqu’on sait que l’AFDAS a été bénéficiaire depuis des dizaines d’années ce qui lui permet au jour d’aujourd’hui d’avoir une somme conséquente dans ses caisses, il n’y a donc aucune économie à faire ici. Cette stratégie libérale s’opère de la même manière sur les caisses du chômage et des retraites, faire travailler plus et diminuer nos droits sur nos cotisations.

Trêve de discours politique, dans la pratique nos cinq interlocuteurs sont donc maintenant les suivants :

Les choses urgentes à faire avant la fin 2020 pour ne pas perdre des droits qui peuvent représenter plusieurs milliers d’euros :

  • S’inscrire sur le site internet du CPF, à cette adresse : https://www.moncompteformation.gouv.fr.
  • Si vous avez travaillé avant 2015 en tant qu’intermittent, faire la demande de vos “Heures de DIF acquises au 31 décembre 2014” auprès de l’AFDAS à cette adresse mail : ids@afdas.com ou en se déplaçant directement (66 rue Stendhal, 75020 Paris).
  • Mettre à jour le compte personnel de formation en vous connectant au site de CPF, dans la section “mes droits à la formation” puis en bas droite “saisir mon DIF“, complétez ce formulaire avec les heures indiqué sur votre attestation et joindre le papier scanné.

Si vous avez un projet de formation, l’AFDAS reste le meilleur interlocuteur pour y voir clair dans ce charabia, n’hésitez donc pas à prendre rendez vous la bas.

Bon Confinement à tous!

Pythagone v2

J’ai enfin pris de temps d’avancer sur Pythagone.
Le site a maintenant un nom de domaine tout neuf et bien à lui : www.pythagone.net !

 

J’ai donc ajouté deux nouveaux outils :

  • le triangle quelconque, qui permet, à la manière du premier outils triangle rectangle, de calculer toutes les valeurs possibles d’un triangle quelconque en fonction de celles fournis par l’utilisateur, dès qu’il y en a suffisamment, tout ça grâce au théorème d’Al-Kashi et à la trigonométrie. Ce dernier m’a donné vraiment du fil à retordre! Effectivement Al-Kashi est quand même un niveau de complexité au dessus, certaines possibilités pouvant ouvrir à deux solutions possibles, sans compter les conditionnelles qui sont ici beaucoup plus nombreuses et enchevêtrés les unes dans les autres… mais ouf! le voilà! Disponible ici.
  • Pyramide, qui permet de calculer la longueur des cotés du triangle des faces et les angles de coupes nécessaires pour la construction d’une pyramide régulière, avec le nombre de face, la hauteur et le rayon de sa base définit par l’utilisateur. Une représentation graphique à l’échelle de la pyramide est générée sur la page. Les longueurs des cotés permettent de tracer les triangles des faces et les angles données sont les réglages machines nécessaire le long de ces cotés (90° – la valeurs théorique). La démonstration du calcule est décrite en haut à gauche et le passage de la souris sur chaque formule permet de comprendre dans quel triangle on se trouve sur la représentation graphique. Disponible la.

 

Autres améliorations diverses :

  • Refonte de l’affichage menu.
  • Amélioration de la présentation des erreurs pour rendre l’utilisation la plus intuitive possible.
  • Amélioration de l’affichage sur différents formats d’écran, mais je ne dispose pas vraiment d’une collection complète de smartphone donc n’hésitez pas à me faire des retours.
  • Amélioration du référencement. (Google sait que le site existe!)
  • Le Gitlab est maintenant à jour ici. Le code n’est surement pas le plus rigoureux qui existe, ni le plus fluide, mais j’ai fait de mon mieux et essayé un maximum de le commenter, pour qu’il soit le plus claire possible aux yeux curieux.

 

Vous pouvez créer un raccourcis direct sur l’écran d’accueil de votre smartphone sur toutes les plateformes. Vous trouvez des explications pas-à-pas en ouvrant les liens suivant, pour Android : Firefox, Chrome, ou pour iOS : Safari.

L’url www.pythagone.net ne dispose pas de SSL, vous devez donc y accéder via http:// (sans le S!), en revanche si votre navigateur ne l’accepte pas vous pouvez utiliser directement l’url https://pythagone.fredericpavageau.net/  (qui est de toute manière la redirection normal du premier).

En cas de bug, si vous pensez à une amélioration ou si vous souhaitez juste donner votre avis, n’hésitez pas à passer par la ou me contacter.

Les prochaines évolutions devraient sûrement concerner des calculateurs de résistance des matériaux ou structure, mais pour le moment rien de bien concret, mais partagez vos idées!
L’affichage me pose encore problème, car mon premier parti pris était d’adapter l’affichage au format d’écran horizontal, mais dans ce cas l’apparition du clavier sur smartphone cache une grosse partie de la page, et s’avère assez chiant à utiliser, donc peut être que finalement une futur évolution devrait se porter sur une meilleur lisibilité vertical.

Profitez!

Pythagone

J’ai programmé récemment Pythagone, une petite application web en javascript pour mes amis constructeurs et autres bidouilleurs qui permet d’utiliser rapidement le théorème de Pythagore et la Trigonométrie, en me faisant la réflexion qu’il est toujours un peu fastidieux de se souvenir de “SohCahToa” (Ou “CahSohToa”, pour les plus agressifs d’entre nous) et de l’appliquer quand on a besoin, dans le speed, dans la vrai vie.

L’idée est donc de centraliser en une page web, simple d’utilisation et atteignable du plus large panel de périphériques possible, la résolution de problèmes de trigonométrie dans un triangle rectangle. Les inconnus sont donc automatiquement complétés, dès que suffisamment d’arguments le permettent. Dans la foulée, j’y ai ajouté un outil pour calculer les angles de coupes et longueurs de contreventements. J’ai tenu à donner à voir facilement les formules et les méthodes de résolution, pour ceux qui n’y seraient pas familiers, ou voudraient réviser un peu. D’autres sont encore à venir, comme la trigonométrie dans le triangle quelconque, Thalès, les pyramides ou encore les béquilles de décors.

Tout ça se passe librement sur pythagone.fredericpavageau.net et le Code Source est disponible sur framagit par la, pour les curieux et ceux que ça intéresse.

Une mention spéciale à tout ceux qui apprécierons le logo à sa juste valeur!

N’hésitez pas à commenter, déclarer des erreurs et/ou des bugs, suggérer des évolutions ou les coder, mais surtout à l’utiliser et à en profiter!

S’il pleut alors je… @ifd

Engrenages, Pignon, lumières, crémaillère, dynamo, ombres, courbes, acier, LED, commandes, actions, mouvement circonflexe triangulaire courbé, Mer, bruits, bois soudures, vagues, océan, mécanismes, noyade, amour, poèmes, langage & paroles.

« S’il pleut alors je… », à voir depuis lundi à l’Institut français du Danemark dans la cadre du Printemps des poètes.

Exposition de Pauline Jupin (texte & conception), Aneymone Wilhelm (construction & conception), Simon Cacheux (création sonore) & Milena Milanova (voix & performance). J’ai aidé et participé en particulier à la conception & réalisation complète d’une des machines présentées.

Merci à Aneymone pour son invitation. Merci à Matthias Wandel pour son très utile Gear Generator. Merci à tous les spectateurs qui n’auront pas peur de toucher une oeuvre d’art.

Plus d’images viendrons…


Pléiades @ClovisXV @Bruxelles

 

Après un séjour dans les profondeurs de Paris le Dodécahédron Stéllaire part pour les étoiles, en s’arrêtant au cosmodrome ClovisXV à Bruxelles, Boulevard Clovis, 15, du samedi 12 décembre 17h, jusqu’au 16 Janvier.

Je serais présent pour le vernissage et heureux de vous accueillir, rencontrer, revoir, discuter, boire, débattre, et tracer des lignes, des courbes & des oscillations. Il y a également quelques détails @Facebook.

Il y a des prémices ici. Mais le voyage ne fait que commencer…

index

«Pléiades» est un projet de recherche collectif conçu en plusieurs étapes qui, s’achevant par de multiples propositions formelles, cherche à bouleverser les habitudes sensibles en les confrontant à des fantasmes scientifiques venus d’autres dimensions sensorielles. Le vertige du cosmos n’est pas une source iconographique prise au premier degré, il est la source d’une nouvelle poésie artistique.

Donald Abad, Vincent Ceraudo, Caroline Corbasson, Coraline de Chiara, Félicie d’Estienne d’Orves, Frédéric Pavageau et Édouard Wolton

Commissariat Elsa De Smet

 

Géométrie, brume & lumière.

Icosahèdron Stellaire & disques, 2015

Icosahèdron Stéllaire & disques, 2015

On essaye des choses …

Des axes s’échauffent,
Des géométries prennent feux,
De la lumière s’étouffe
Et des mouvements entre en résonance.

Viens avec nous être indecent dans l’incandescence.
#PoissyRiot
@4Juillet2015

Triptyque : Perversion (L’Origine du monde)

IMG_7946

Un dimanche 10 mai teinté de répression, j’ai présenté le tryptique Perversion (L’Origine du monde) #001, composé de Perversion (-128,-158,L’Origine du monde), Perversion (-23,-77,L’Origine du monde) & Perversion (6,125,L’Origine du monde). Trois tableaux de glitch de l’Origine du monde de Gustave Courbet, en triptyque devant une toile du graffeur Bebar, pour l’exposition Culture de Paix à Vitry-sur-seine.

La liberté d’expression n’est elle pas la liberté d’utiliser et de modifier nos chefs d’œuvres à notre guise? Le droit d’auteur ne serait il pas une barrière à la liberté d’expression, sachant que toutes œuvre est issue, inspiré ou au moins influencé par l’histoire de l’Art? La véritable paix ne serait elle pas de laisser vivre toutes formes d’Art, de folie, de jugement et d’opinion? Au lieu d’être un moment d’inactivité sans danger, ne serait elle pas plutôt ce moment d’émulsion, voir même de conflits, mais d’échange, où toutes les formes d’expressions ou de réappropriation sont autorisées dans un monde qui l’entend, le voit, l’écoute et le regarde?

L’idée étant de remettre au goût du jour une peinture de Gustave Courbet au travers d’un traitement numérique, soit la série perversion, un programme qui génère des erreurs dans des images, tel le plus simple des chiffrement en intervertissant deux données (bytes) tout le long d’un fichier d’image Jpeg. Comme pour réactualiser des questionnement toujours contemporain d’un pilier de l’histoire de l’Art dans notre sphère numérique.

S’en dégage une esthétique onirique mystérieuse, mi bordélique, mi épurée, dans laquelle on peut farfouiller, explorer, rechercher ou simplement admirer son abstraction.

La force de cette nouvelle représentation étant la manière de modifier et cacher l’image réaliste et figurative de son modèle original, comme un contre pied de cette importance de l’image et de son discours évident, comme une manière de pousser le spectateur à aller chercher son intérêt propre, son imagerie propre, et laisser divaguer son imagination dans cette nouvelle représentation devenue semi-abstraite, ouvrant la porte à des interprétations inattendues.

A l’heure où nos données personnelles sur le réseau sont mises à mal jusque dans notre intimité, autorisons nous à torturer librement du bytes en pagaille à grands coups de randomisation dans du Chef-d’œuvre de poids, afin d’illustrer librement le bordel du flux sensible qui nous entoure dans toute sa complexité à l’époque du partage universelle et de la réappropriation généralisée.

Cette démarche de destruction aléatoire, non maitrisée, est une métaphore de la perte, de la réutilisation et de l’évolution de nos données personnelles et parfois intime dans le monde numérique contemporain qui nous échappe. Le monde numérique n’a pas de propriétaire.

 

PS : Les photos seront mises à jours dans peu de temps.