Tableau

Triptyque : Perversion (L’Origine du monde)

IMG_7946

Un dimanche 10 mai teinté de répression, j’ai présenté le tryptique Perversion (L’Origine du monde) #001, composé de Perversion (-128,-158,L’Origine du monde), Perversion (-23,-77,L’Origine du monde) & Perversion (6,125,L’Origine du monde). Trois tableaux de glitch de l’Origine du monde de Gustave Courbet, en triptyque devant une toile du graffeur Bebar, pour l’exposition Culture de Paix à Vitry-sur-seine.

La liberté d’expression n’est elle pas la liberté d’utiliser et de modifier nos chefs d’œuvres à notre guise? Le droit d’auteur ne serait il pas une barrière à la liberté d’expression, sachant que toutes œuvre est issue, inspiré ou au moins influencé par l’histoire de l’Art? La véritable paix ne serait elle pas de laisser vivre toutes formes d’Art, de folie, de jugement et d’opinion? Au lieu d’être un moment d’inactivité sans danger, ne serait elle pas plutôt ce moment d’émulsion, voir même de conflits, mais d’échange, où toutes les formes d’expressions ou de réappropriation sont autorisées dans un monde qui l’entend, le voit, l’écoute et le regarde?

L’idée étant de remettre au goût du jour une peinture de Gustave Courbet au travers d’un traitement numérique, soit la série perversion, un programme qui génère des erreurs dans des images, tel le plus simple des chiffrement en intervertissant deux données (bytes) tout le long d’un fichier d’image Jpeg. Comme pour réactualiser des questionnement toujours contemporain d’un pilier de l’histoire de l’Art dans notre sphère numérique.

S’en dégage une esthétique onirique mystérieuse, mi bordélique, mi épurée, dans laquelle on peut farfouiller, explorer, rechercher ou simplement admirer son abstraction.

La force de cette nouvelle représentation étant la manière de modifier et cacher l’image réaliste et figurative de son modèle original, comme un contre pied de cette importance de l’image et de son discours évident, comme une manière de pousser le spectateur à aller chercher son intérêt propre, son imagerie propre, et laisser divaguer son imagination dans cette nouvelle représentation devenue semi-abstraite, ouvrant la porte à des interprétations inattendues.

A l’heure où nos données personnelles sur le réseau sont mises à mal jusque dans notre intimité, autorisons nous à torturer librement du bytes en pagaille à grands coups de randomisation dans du Chef-d’œuvre de poids, afin d’illustrer librement le bordel du flux sensible qui nous entoure dans toute sa complexité à l’époque du partage universelle et de la réappropriation généralisée.

Cette démarche de destruction aléatoire, non maitrisée, est une métaphore de la perte, de la réutilisation et de l’évolution de nos données personnelles et parfois intime dans le monde numérique contemporain qui nous échappe. Le monde numérique n’a pas de propriétaire.

 

PS : Les photos seront mises à jours dans peu de temps.

Flaw [Self-Portrait] #001

Flaw [Self-Portrait] #001 | Dents sur panneau de plexiglas encadré, 72 x 83 cm, 2012, Paris.

Tableau issue d’une collection de dents de sagesses, s’amusant à entremêler les codes : numériques (L’image pixelisée), génétiques (Le défauts récurrent & archaïque de la dent de sagesse chez l’homme), artistiques (Le portrait, le cadre lourd) et symboliques (La dent de « sagesse », le visage, l’expression). Présenté en 2012 à l’Atelier CMH de Bordeaux, lors du Bazar Bizar de Guilux, et à effleurer en vidéo sur youtube ici.

Ce projet a vu le jour grâce à la participation d’Aneymone Wilhelm, Pierre Lapin (Photo du portrait original), mais aussi Alexandre Moyard, Hugo de Oliveira, Anne Dolorez Pineau, Daniel Varotto Couto, Edouard Sufrin, Véronique Lorne, Pierre Gris, Douglas Cavanna, Sebastien Pavageau et Vincent Pradel, ainsi que les généreux donneurs de dents.

 

 

@

Peintures [sans-titre]

Sans titre, Peinture à l'huile sur toile, 50x150cm, 2008, Paris.

Sans titre | Peinture à l’huile sur toile, 50x150cm, 2008, Paris.

Mon intervention dans le Collège Descartes de Tremblay en France, dans le cadre de [Méta] morphoses, m’a permis de remettre le nez dans des vieux travaux universitaires.

A cette époque j’ai tenté de donner à voir l’énergie en peinture, peintes avec des cartes bleus, des bombes, des mouchoirs, des vaporisateurs Cillit Bang, ou des planches de medium, j’essayais de détourner tout ces outils pour en dégager des émotions, farfouiller les possibilités des objets qui m’entouraient.

J’en ai profité pour réactiver les commentaires, comme ça vous pouvez dire des saloperies.